AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sandrine Delcours, perdue à l'époque du roi Arthur et de Merlin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

FONDATRICE ♔ Jeune sorciére du futur

avatar

♔ Parchemins : 239
♔ Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Sandrine Delcours, perdue à l'époque du roi Arthur et de Merlin   Mer 3 Aoû - 4:48







" Le coeur a ses raisons dont la raison ignore ! "

Sandrine Delcours



23 juillet 1991 - 20 ans - Célibataire - des origines dans la noblesse - Emma Watson



Psychologie et physionomie






La jeune fille, de nature timide et réservée -enfin tout dépend aussi de la situation mais en général, elle paraît timide et réservée, presque effacée – est douce, affectueuse, chaleureuse, joyeuse aussi. Elle est surtout très câline avec ses proches, plus particulièrement avec ses parents et ses grands-parents maternels. Elle est également très protectrice avec ses proches. De par son éducation et les histoires sur la légende du roi Arthur dont lui racontait souvent son père quand elle était enfant, elle sait faire preuve d'un grand courage, enfin pas tout le temps mais elle essaie d'être aussi courageuse que ses héros d'enfance. D'ailleurs, elle les défendrait avec bec et ongles si vous avez le malheur de dire du mal d'eux. Elle a un profond respect pour la vie d'autrui et la liberté. Cependant, il faut avouer qu'elle est un peu rebelle. Elle a un fichu sale caractère de cochon, comme son père selon sa mère. Quand quelque chose ne lui plaît pas, elle le fait vite savoir et elle peut s'emporter assez facilement. Elle n'a pas non plus sa langue dans sa poche et elle fait preuve d'une grande franchisse, se moquant d'être blessante ou non. Elle n'aime pas les faux-culs et dire à une personne ce qu'elle souhaite le plus entendre ne l'aidera pas à s'améliorer d'après elle. De plus, elle est imprévisible. On ne sait jamais ce qui peut lui passer par la tête. Elle peut passer de la gentille fille douce et attachante à une petite peste qui se mêle de ce qui ne l'a regarde pas et qui dit tout haut ce que les autres pensent tout bas. C'est une rouspéteuse et une emmerdeuse de service qui se plaint parfois. Mais malgré tout, c'est une demoiselle tendre, attachante, dotée d'une grande imagination et d'une curiosité à toute épreuve. Elle est tout de même rancunière et jalouse quand une fille tourne autour du garçon qui lui plaît. Elle adore avoir raison mais sait reconnaître parfois ses torts. Elle ne supporte pas de vouvoyer ses proches et encore moins les jeunes de son âge. Oh, j'avais oublié de vous dire. D'une grande sensibilité, elle peut très vite pleurer, que ce soit en ayant trop d'émotion ou en ayant peur pour ses proches. Ou encore après s'être énerver, elle se défoule en pleurant. Il lui arrive parfois de vouloir se battre mais elle se rend bien vite compte que ça n'en vaut pas la peine. Oh bien sur, elle peut dire qu'elle fera ceci ou cela mais finalement, elle ne le fait pas. Quand je dis qu'elle est imprévisible cette enfant ! Mais faites attention. Elle est une très bonne observatrice et son imagination débordante y est sans doute pour ! Elle a aussi l'habitude de sentir si une personne est bonne ou mauvaise, ce qui explique pourquoi elle se montre vite méfiante avec certaines personnes.



Physiquement, ce n'est pas une moche fille. Bien au contraire. Elle est très jolie même si elle pense souvent le contraire. Elle a de longs cheveux d'un brun très clair, presque blond, et ses yeux sont noisette, comme sa mère, Marie. D'ailleurs, elle a hérité d'elle certains de ses traits mais plus du côté de son père, Mickaël. Elle est de taille moyenne, plutôt fine et élancée, et sa peau est légèrement blanche. Ses mains sont très souvent froides et quelque soit la saison. D'après son père, elle a une mauvaise circulation du sang. Garçon manqué depuis ses dix ans, elle ne porte que des jeans, des t-shirt et des converses, noires de préférence. Parfois, il lui arrive de porter une écharpe qu'elle enroule autour de son cou. Côté bijoux, elle adore les pendentifs aux influences celtiques mais aussi des bagues. Elle n'est pas très boucles d'oreilles bien qu'elle ait les oreilles percées.










Eh toi derrière ton écran ?





Alors, je me présente : Sandrine (Oui je sais ! Je n'ai pas fait dans l'originalité mais c'est le nom que ma mère a choisi ! ) ou Zanzan ou Sybline ! Alors j'ai 25 ans (mon annif c'est le même que mon perso sauf que j'ai 5 ans de plus qu'elle ! ), je vis en Belgique et mon rêve serait de devenir écrivaine ! Le fo, comment je l'ai trouvé ? Ben je l'ai fait tiens ! Eh oui j'en suis la fondatrice ! Ça m'a pris en plein milieu de la nuit de dimanche à lundi et en plus, je dormais pas ! J'adore les Harry Potter, Narnia, Merlin (Colin je t'aimeeeeee !!!!!!!! non je déconne là ! Quoique ....) !
Spoiler:
 








_________________


Dernière édition par Sandrine Delcours le Ven 5 Aoû - 4:52, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FONDATRICE ♔ Jeune sorciére du futur

avatar

♔ Parchemins : 239
♔ Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Sandrine Delcours, perdue à l'époque du roi Arthur et de Merlin   Mer 3 Aoû - 4:48




Raconte-moi une histoire ...


Racontez-nous son enfance, son adolescence, ses relations avec ses proches et sa vie actuelle. Vous pouvez également illustrer par des images, des gifs ou des icones.





Alors par où commencer ? Sandrine est née un 23,juillet 1991. Ses parents, Marie et Mickaël Delcours, étaient très heureux d'avoir une fille même si son père aurait souhaité avoir un garçon. Petite, elle savait ce qu'elle voulait : devenir une grande héroïne et sauver des vies. Un caractère qui correspondait bien à son prénom. En vieux grec, son prénom venait d'Alexandre (Alexein et Andros) qui signifiait « Défense de l'humanité ». La jeune fille n'avait vraiment comprit pourquoi ses parents, et surtout son père, avait voulu lui donner ce nom alors que son grand-père (enfin son pépère comme elle l'appelle) aurait souhaité qu'elle porte un prénom dérivé du sien, Emilie. Son envie de jouer aux super héros ne la quitta jamais. Voyant ses amis avoir des frères et sœurs, elle embêtait régulièrement ses parents que ceux-ci lui offre un petit frère ou une petite sœur jusqu'à ses six ans où elle entra à l'école primaire. C'était une petite fille joyeuse et toujours souriante, très câline et ayant besoin de beaucoup d'attention. Le soir, pour l'endormir, son père lui racontait les histoires du grand roi Arthur Pendragon et du célèbre magicien Merlin l'Enchanteur. Sandrine adorait ses histoires et jusqu'à ce qu'elle fut en âge de lire des livres, elle réclama chaque soir les histoires de son père. D'ailleurs, en parlant de livre, elle apprit très vite à lire et elle dévorait des livres durant des heures, développant ainsi une imagination sans faille. Elle vivait dans son petit monde de preux chevaliers, de demoiselle en détresse et de sages magiciens. Elle aimait vraiment tout ce qui était lié à la magie et à la chevalerie. Avec son meilleur ami, Fred, elle s'inventa des histoires où elle était une princesse magicienne combattant les forces du mal en compagnie de son fidèle serviteur. Sandrine était une enfant calme bien qu'un peu boule de nerf lorsqu'elle était bien plus petite. Le seul moment où l'on ne l'entendait pas, c'était lorsqu'elle dessinait, écrivait ou regardait la télévision. Je peux vous dire que ses parents en profitaient pour souffler un peu lorsqu'il faisait très calme chez eux. Mais cela ne durait jamais longtemps. C'était comme une pile électrique cette fillette. Quelque fois, elle venait observer sa mère quand celle-ci se maquillait. Elle était très coquette et volait de temps en temps le maquillage de sa mère. C'était une fille jusqu'à ses dix ans où elle changea complètement. La petite fille coquette laissa place à un véritable garçon manqué. Cependant, elle ne changea pas définitivement. C'était juste sa façon de s'habiller qui avait changé. La seule partie qui restait de sa féminité était sa longue chevelure et Marie eut bien du mal pour faire couper les cheveux de sa fille, celle-ci les préférant longs.





Passons maintenant à l'adolescence de la demoiselle :
Là encore, elle commença à changer. Elle commençait à ne plus voir les garçons de la même manière qu'avant excepté Fred qui était resté son meilleur ami depuis la primaire. En secondaire, elle se gagna une petite bande de copains dont elle était la seule fille et même le chef à en croire les autres qu'elle soit parfois timide et réservé, avec ses amis, elle était différente. Elle était sur d'elle, son mauvais caractère prenant parfois le dessus mais jamais elle ne les laissait tomber. Pour elle, l'amitié était sacrée ! Si l'on touchait à l'un d'entre eux, elle se mettait en rage et s'imaginait tout ce qu'elle allait faire mais le plus souvent, elle se contentait de faire la tête et juste de dire ce qu'elle pensait, quitte à être blessante. Oui, elle pouvait parfois être cruelle mais seulement si on la cherchait aussi ou comme je l'ai dit, si l'on se prenait à ses amis. Avec Fred, elle était très protectrice . C'était son meilleur ami et il était interdit de s'en prendre à lui. Les mauvaises langues disaient qu'ils étaient ensemble à force d'être si proches mais le jeune homme était plus comme son frère et puis, il ne viendrait jamais l'idée à Sandrine de sortir avec lui. Ils avaient tout partagé depuis leur quatre ans.
A l'école, c'est une élève pas trop studieuse. Elle n'aime pas les math et les sciences et justement, ce sont ses matières où elle n'a pas toujours de très bonnes notes. Par contre, elle cartonne souvent en histoire et littérature. Le cours de gym est celui où elle adore se défouler. Elle rêve de devenir un jour une écrivaine aussi reconnue que l'auteure des « Harry Potter » ou celui de « Narnia ». Un monde remplis de magie et de chevaliers !
A la fin de ses études secondaires, elle décida de faire des études en littérature et en histoire. Et devinez qui fit les mêmes études qu'elle ? Fred bien sur ! Jamais l'un sans l'autre ces deux-là ! Une amitié qui n'est pas prête de s'arrêter !




Et maintenant, si l'on parlait un peu de sa famille ?
Sa mère, Marie, est secrétaire dans une grosse boîte tandis que son père est écrivain. On peut donc dire que ses parents gagnent bien leur vie mais leur quotidien a toujours été des plus simples. Jamais dans l'excès et c'est dans cette simplicité que Sandrine a grandi. Ses parents s'aiment comme au premier jour et c'est tout ce qu'elle demande. A force de voir des divorces partout, y compris chez ses copains, elle a peur que cela n'arrive un jour à ses parents. Elle est très complice avec eux mais elle est surtout très proche de son père avec qui elle partage la passion de l'écriture. N'ayant jamais connu ses grands-parents paternels, elle ne connaît que ses grands-parents maternels et elle est également très proche de son grand-père maternel qui lui a aussi donné goût aux histoires de magie et chevaliers bien que lui, c'était plus les mousquetaires.
Avec son cousin Mortimer – oui je sais ! Un nom bien étrange pour un petit garçon de douze ans – elle adore jouer les grandes soeurs avec lui, ce qui n'est pas pour lui déplaire !









_________________


Dernière édition par Sandrine Delcours le Jeu 4 Aoû - 7:53, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FONDATRICE ♔ Jeune sorciére du futur

avatar

♔ Parchemins : 239
♔ Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Sandrine Delcours, perdue à l'époque du roi Arthur et de Merlin   Mer 3 Aoû - 4:48




Raconte-moi une histoire ...


Racontez-nous son enfance, son adolescence, ses relations avec ses proches et sa vie actuelle. Vous pouvez également illustrer par des images, des gifs ou des icones.





Sinon, la jeune fille a connu des histoires d'amour. Là, ça devient plus intéressant n'est-ce pas ? Elle n'eut que deux histoires d'amour jusqu'ici.

Sa première histoire fut avec un ami de Fred et de Sandrine en Secondaire, Ryan. Elle le connaissait depuis sa première année et il faisait parti de sa bande de copain. Qui aurait cru qu'ils sortiraient ensemble lors de leur dernière année ? Personne et surtout pas Sandrine car Ryan et elle avaient tendance à tout le temps se disputer, voulant être chacun le chef de la bande. C'est qu'ils avaient un sale caractère tous les deux. Cela ne dura qu'un an environs. Ils étaient bien trop différents et voulaient toujours avoir le dernier mot. Elle le voit encore puisque c'est le meilleur ami de Fred mais c'est un peu dur parfois.

Sa deuxième histoire, c'était avec un garçon de sa classe dans son école supérieure, Julien. Il a un an de plus qu'elle mais il avait redoublé son année. Elle avait vraiment été très amoureuse de lui. Ils s'étaient mis ensemble vers le mois d'octobre, soit un mois après sa rupture avec Ryan. Elle passait le week-end chez lui et lui venait parfois chez elle, enfin chez ses parents puisqu'elle vit encore chez papa et maman. Mais ne croyez pas qu'à tout juste vingt ans, elle est encore vierge. Autre époque autre mentalité comme elle dirait ! Comment ça s'est fini avec Julien ? Il s'est fait tenté par Rachel, une sale petite peste qui en avait après Sandrine depuis la maternelle ! Allez comprendre pourquoi ! D'ailleurs, elle n'a jamais compris pour Rachel lui en voulait autant. Mais bon, c'était de l'histoire ancienne à présent. Maintenant que l'année de venait de commencer, Sandrine pouvait jeter son dévolu sur n'importe quel garçon tout en espérant qu'elle ne soit pas prise d'une timidité maladive. Quand un garçon lui plaît, elle ne sait jamais être elle-même. Il doit faire parti de son cercle d'amis pour qu'elle soit naturelle et qu'il la voit telle qu'elle est réellement.





Et aujourd'hui ? Elle fait sa troisième année en n'ayant pas échappé aux examens de seconde session. Mais depuis quelques jours, la jeune fille a remarqué des changements chez elle. Elle ne sait pas quoi mais elle a l'impression que sa vision du monde change. Peut-être qu'elle se trompe. En attendant, elle participe à un voyage scolaire sur les terres où aurait vécu le roi Arthur et Merlin l'Enchanteur. Ce voyage était l'occasion rêvée pour elle d'en savoir un peu sur la légende bien qu'il lui suffisait d'en parler avec son père qui, lui, était apparemment incollable sur le sujet puisqu'il avait écrit pas mal de livres sur la légende. Et je ne vous dis pas le nombre de fois qu'elle a du dévorer les livres de son père. Une centaine de fois au moins, ce qui faisait qu'elle savait autant que lui. Arthur, Gauvain, Merlin, Lancelot et Gueniévre n'avaient de secret pour elle. Son histoire préférée restée celle de Merlin. Qui pourrait s'intéresser à un vieillard à la longue barbe blanche qui s'est fait avoir comme un jeunot par une jeune demoiselle ? Ben Sandrine ! Eh oui ! Aussi étrange que ça puisse être, elle ne jure que par le vieux Merlin – et son père ! Tout ce qu'il aurait dit ou fait, elle y croit dur comme fer et si on dit une autre version de celle de son père, elle se fâche aussitôt, prétextant que son père avait fait pas mal de recherches sur le sujet.
Lors de la visite des ruines du château de Tintagel, là où serait né Arthur Pendragon, Sandrine se sentit comme attirée par une force. Intriguée, elle se dirigea vers une salle où elle crut entendre une voix l'appeler. Elle découvrit un étrange miroir et à peine l'avait-elle touché qu'une lumière émana du miroir et l'aveugla. Quand elle put récupérer sa vue, elle découvrit avec surprise qu'elle était dans une forêt. Se demandant où elle était, elle rencontra un jeune garçon du nom de Mordred. Elle sympathisa tout de suite avec lui, ayant toujours un bon contact avec les enfants. Il lui révéla qu'elle était dans le royaume de Camelot. Sandrine comprit alors qu'elle avait sans doute fait un bond dans le temps mais elle ignorait la raison. Son père lui avait toujours dit que lorsqu'il se passe quelque chose, c'était pour une bonne raison. C'était à elle d'en savoir pourquoi mais à ce moment-là, elle n'avait qu'une envie : rencontrer Arthur et plus particulièrement Merlin. Mordred lui indiqua le chemin mais non sans l'avoir mise en garde contre le roi Uther, lui révélant qu'il vouait une haine envers la magie mais Sandrine s'en doutait un peu. C'était typique au moyen-âge. Heureusement que tout cela changera pendant du règne du roi Arthur. Après l'avoir saluer amicalement, elle partit donc pour camelot mais en chemin, un convoi fut attaqué par une bande de brigands. Ni une, ni deux, elle fonça tout de suite sur le tas mais quelque chose lui arriva. Alors qu'elle se battait contre un des brigands, elle fut étonnée de savoir si bien se battre alors qu'elle n'avait jamais pris de cours (peut-être était-ce à cause de ses jeux d'enfants mais elle était nulle et se faisait battre par Fred) et fut blessée au bras mais elle repoussa son adversaire par une force qui émana d'elle. Elle fut assez surprise mais elle tomba dans les pommes. Quand elle rouvrit les yeux, une femme, vêtue de noire, était penchée au dessus d'elle.
Elizabeth Pendragon : - Mon enfant, est-ce que vous allez bien ?
Errance Belhorn : - Mais enfin mère, elle a utilisé la magie !
- J'ai quoi ?
Sandrine avait un peu de mal à comprendre tant qu'elle avait un horrible mal de tête. En se relevant, elle vit que là où elle avait reçu un coup d'épée, il n'y avait aucune trace et pourtant, c'était déchiré dans sa veste. Elle ne comprenait rien de tout ce qu'on lui disait. La femme s'appelait Elizabeth Belhorn mais elle était née Pendragon. C'était la sœur du roi Uther. Celle-ci la convia à les accompagner jusqu'à Camelot. Durant le chemin, elle leur donna son nom mais elle ne leur dit pas qu'elle venait du futur. Par contre, elle ne comprit pas comment elle avait fait pour utiliser la magie. La princesse Errance ne semblait pas la croire. Sandrine pensa qu'elle devait être comme le roi Uther. Elle devait croire que la magie était dangereuse mais avec un peu de bonne volonté et sentant qu'ils n'étaient pas mauvais tous les trois, elle réussit à les convaincre, la reine Elizabeth, le prince William et la princesse Errance. La reine sembla croire la jeune fille lorsque tout à coup, le carrosse s'arrêta. Un homme, Sir Léon, était envoyé ainsi que d'autres chevaliers pour escorter la reine et ses proches jusqu'au château de camelot en tout sécurité. En voyant Sandrine qui était vêtue d'une façon bien différente, il interrogea la reine Elizabeth.
- C'est ma pupille, la fille d'une vieille connaissance à mon mari !
Aussitôt, le carrosse reprit la route et Sandrine appréhende sa rencontre avec le roi Uther mais aussi avec le prince Arthur et Merlin. Si elle a des pouvoirs, elle doit absolument apprendre à les maîtriser et la seule personne qui pourra n'était rien d'autre que Merlin lui-même !















_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sandrine Delcours, perdue à l'époque du roi Arthur et de Merlin   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sandrine Delcours, perdue à l'époque du roi Arthur et de Merlin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom of Camelot :: 
♔ ADMINISTRATION ♔
 :: ♔ A la cours du roi :: ♔ Bienvenu(e) à Camelot
-